Comment la location courte durée est devenue le mode d’hébergement préféré des français ?

23 novembre 2020 Temps de lecture : 9 minutes

Depuis de nombreuses années, la location courte durée a le vent en poupe. Les propriétaires l’ont d’ailleurs bien compris puisqu’ils mettent davantage leur bien en location saisonnière par rapport aux années précédentes. On note ainsi une croissance importante du nombre de logements disponibles à la location, que ce soit chez les plus gros acteurs de ce secteur tels que Airbnb, Abritel HomeAway, ou chez les gestionnaires de biens.

La location courte durée : qu’est-ce que c’est ?

Contrairement à la location longue durée qui, elle, est destinée à devenir la résidence principale du locataire, la location courte durée est spécialisée dans les séjours à durée limitée. Ceux-ci peuvent aller d’une nuitée à une durée maximale et non renouvelable de 90 jours consécutifs.

Cette alternative s’adresse principalement à une clientèle de passage, telle que des touristes, des voyageurs d’affaires ou encore des personnes en période de transition. La location courte durée est utilisée de manière récurrente pour de nombreux voyageurs souhaitant se sentir “comme à la maison” lors de leurs déplacements. On y retrouve différents types de logements, tels que des maisons, des appartements, des villas ou encore des bungalows et caravanes.
Les caractéristiques du logement courte durée sont peu nombreuses, le logement doit en revanche être obligatoirement meublé et équipé afin de pouvoir garantir le bon déroulé de la location. Ainsi, il doit contenir les équipements nécessaires pour ranger, cuisiner, dormir et s’occuper des tâches ménagères, permettant au locataire de seulement y amener ses effets personnels.

La France se tient aujourd’hui à la seconde place du marché de la location courte durée derrière les Etats-Unis, et séduit de plus en plus les français.

L’évolution du marché de la location courte durée

L’émergence de la location saisonnière

C’est au début des années 2000, avec l’arrivée d’Internet, que de nombreux sites spécialisés ont émergé. S’en est suivie une augmentation considérable du nombre d’annonces sur le web. Pourtant, à ses débuts, la location courte durée enregistrait très peu de réservations. Selon PhocusWright, aux États-Unis, les réservations concernant ce marché n’étaient que de 12%. C’est notamment avec l’arrivée des startups telles que Airbnb et Homeaway que les réservations ont doublé en seulement 4 ans. D’après un rapport du groupe de conseil en immobilier d’entreprise numéro 1 dans le monde CBRE, les logements Airbnb représentaient à eux-seuls 9% du total des hébergements sur les 10 plus grands marchés américains en 2016. À New York, le nombre de logements Airbnb s’élevait à 23 000 en 2016, soit environ 16% du total des 140 000 hébergements (hôtels et logements Airbnb combinés).
À l’heure actuelle, le nombre de logements disponibles sur Airbnb, tous pays confondus, double chaque année tandis que le nombre de chambres d’hôtels n’augmentent, lui, que de 1,1%.

La France suit la tendance mondiale avec une croissance du marché de la location saisonnière. En France, 8% du parc immobilier français était inoccupé en 2014, soit environ 2,6 millions de logements. La location courte durée pourrait être la solution afin d’éviter de laisser des biens en sommeil.
Il s’avère qu’aujourd’hui le taux d’occupation des locations courtes durées est d’environ 30% soit environ 15 semaines par an. Cette montée en puissance est donc très favorable à l’économie du pays.

Les comportements ont évolué

Au cours de ces dernières années, on a observé un changement dans les comportements des voyageurs, dû principalement à l’émergence de nouvelles technologies. Par exemple, les sites d’échanges de maisons entre particuliers ont vu le jour et les propriétaires de maisons ou d’appartements ont désormais l’opportunité de louer leurs biens à des voyageurs ou, à l’inverse, d’aller séjourner chez l’habitant.

Parmi les raisons principales de ce nouvel intérêt pour les locations de courtes durées, figure l’augmentation des weekends prolongés. Ces courts séjours ont une durée moyenne de 2 à 4 jours et sont pour la plupart caractérisés par des escapades en ville ou à la campagne. Ces nouveaux voyageurs vont privilégier la location d’une maison ou d’un appartement plutôt que d’un hôtel afin de favoriser le sentiment d’être “chez-soi, ailleurs ”. Ils préféreront souvent les transports en commun plutôt que la location d’une voiture, s’immergeant ainsi davantage dans le mode de vie local et s’éloignant des anciennes habitudes qui définissaient le tourisme par le passé. Le logement courte durée devient ainsi bien plus qu’un service visant à accommoder le voyageur en déplacement mais bien l’outil lui permettant de vivre une expérience à part entière, loin de son quotidien tout en se sentant proche de celui des locaux.

De nouveaux consommateurs ont aujourd’hui pénétré le marché de la location courte durée. C’est notamment le cas de la Génération Y, généralement désignée comme les Millenials. Les envies et habitudes de ces derniers diffèrent de celles des générations précédentes. Ils semblent rechercher en premier lieu une liberté totale dans leur hébergement, les rendant plus enclins à réserver un hébergement chez un particulier plutôt que chez un hôtelier. Ils recherchent également une plus grande flexibilité quant aux horaires d’arrivée et de départ. Toujours connectés, ce public très réceptif aux hébergement courte-durée souhaitent améliorer leurs expériences en restant toujours en contact avec le propriétaire de l’hébergement en cas de litiges, ou plus simplement pour demander des conseils.

« Le marché du BnB a explosé et se professionnalise. À tel point que bon nombre de clients préfèrent aujourd’hui ce format d’hébergement pourtant dépourvu de service. Notre principal enjeu ici, est d’arriver à agrémenter la location entre particuliers de services de qualité hôtelière. » Adrien Maltese.

 

La démocratisation de la location courte durée

Vous l’aurez compris, ce secteur représente actuellement le mode d’hébergement touristique le plus dynamique du pays. Il répond aux attentes des familles comme des étudiants, autant de publics différents qui ne seraient pas forcément en mesure de séjourner en France s’ils devaient se loger à l’hôtel.

Ce n’est qu’à partir de 2015 que l’offre de location saisonnière a explosé. Le marché était à l’époque géré presque entièrement par des agences immobilières. Ces dernières ont vu leur part de marché chuter avec l’arrivée en force de nombreux acteurs sur le marché du tourisme, tels que Airbnb, Expedia, Booking ou encore LeBonCoin. La plupart d’entre eux ont racheté d’autres sites d’annonces depuis, afin de se développer et s’octroyer une plus grande place sur ce marché.

Selon immo.figaro, un voyageur sur 7 logerait dans un hébergement issu de l’économie collaborative en France en 2018, ce qui fait environ 14% de l’activité des hébergements touristiques.

Selon PhoCusWright, chaque location de logement privé effectuée par un voyageur diminue de 24% les possibilités qu’il réserve une chambre d’hôtel au cours de la même année. De la même manière, si un voyageur séjourne dans deux locations durant l’année, les chances qu’il loge à l’hôtel chutent de 50%.

 

COVID

La crise sanitaire que l’on traverse a mis le marché de l’hébergement à l’arrêt. Il est vrai qu’à court terme, la Covid-19 a un impact négatif sur le secteur de l’hébergement, puisque peu de personnes séjournent dans les hôtels. Mais a contrario, depuis le déconfinement, les Français retrouvent leur liberté et souhaitent en profiter en privilégiant les locations courte durée chez des particuliers, tout en faisant attention aux mesures d’hygiène mises en place. Les comportements des voyageurs ont évolué avec cette crise sanitaire et l’offre des locations courte-durée s’avère particulièrement pertinente pour y répondre.

logiciel locations saisonnières - Essai gratuit

Pourquoi les Français valorisent-ils davantage la location saisonnière à l’hôtellerie ?

Les français souhaitent se mettre au vert en favorisant les séjours à la campagne ou à la montagne. Dans certaines régions reculées, trouver un hôtel n’est pas une mince affaire, mais la location courte durée est là pour pallier ce problème. En effet, il existe des biens locatifs partout en France, que ce soit à la mer, à la montagne, à la campagne ou en ville, et il y aura toujours un hébergement accessible même si l’on s’y prend à la dernière minute.

Plutôt que de partir pendant les vacances scolaires ou pendant la saison estivale, certains privilégient la basse saison afin d’éviter le surnombre de touristes. En revanche, pour les personnes désirant séjourner durant la période estivale au sein d’un hôtel, les places peuvent se révéler chères et inaccessibles pour qui s’y prend à la dernière minute. L’un des nombreux avantages à privilégier la location courte durée est qu’ il y aura toujours des disponibilités, indépendamment de la période souhaitée.

Selon IPSOS, 41% des sondés répondaient en 2018 que leur mode d’hébergement préféré était la location d’une maison ou d’un appartement contre 31% les hôtels. Cela confirme l’essor de la location courte durée en France.

Il existe des synergies entre les hôtels et les locations courtes durées. Les français aiment être conseillés sur les activités à faire dans un endroit qu’ils ne connaissent pas, ou être avertis des “bons plans”. Qu’il s’agisse de l’hôtelier ou du gestionnaire de bien, il sera en mesure de répondre à toutes les questions du voyageur.

La location saisonnière : de plus en plus encadrée et professionnalisée

De plus en plus de propriétaires mettent leurs biens en location afin d’avoir un revenu supplémentaire. Cependant, de nombreux hôteliers se sont plaints du trop grand nombre d’annonces, car les locations saisonnières entrent en concurrence directe avec le parc hôtelier. Dans les grandes villes et notamment à Paris et à Barcelone, les hôteliers pensent qu’il y a une concurrence déloyale avec les propriétaires de biens, car même s’ils proposent les mêmes services qu’un hôtel (draps, serviettes, petits déjeuners), le propriétaire ne devra pas payer les mêmes charges qu’un hôtelier.

L’an dernier, Paris a assigné en justice le mastodonte Airbnb en ayant pour objectif d’éviter que des milliers de logements parisiens soient destinés uniquement à la location de courte durée. En effet, la loi exige qu’un meublé de tourisme destiné à la location courte durée ne puisse pas être disponible plus de 120 jours par an.
Paris souhaite faire respecter la loi Élan qui est entrée en vigueur en 2018. Celle-ci vise à mieux encadrer les locations sur les plateformes en ligne. Les propriétaires doivent donc se munir d’un numéro d’enregistrement afin de pouvoir contrôler et limiter le nombre de nuitées par an des meublés de tourisme.

La location saisonnière tend à se professionnaliser au fur et à mesure. Il existe désormais de nombreuses conciergeries qui ont pour principale mission de gérer les biens pour le compte des propriétaires. Si ces derniers font appel à une conciergerie, c’est bien souvent pour éviter les tâches chronophages induites. En effet, une conciergerie peut s’occuper de la remise des clés aux locataires, de l’état des lieux, de faire le ménage entre chaque location, de communiquer avec les locataires et bien d’autres tâches.
Il est toutefois de plus en plus difficile pour les gestionnaires de biens de s’en sortir avec pour seul logiciel de gestion un tableur excel par exemple.

Quels défis/enjeux pour ce marché?

Aujourd’hui, les conciergeries spécialisées dans la gestion de biens locatifs sont de plus en plus prisées. La conciergerie privée, qui contrairement à la conciergerie BnB propose des services d’assistance personnelle, commence à se tourner également vers la gestion de biens locatifs tant ce marché ne cesse de grossir.

Après la réussite de sa première application dédiée aux concierges hôteliers, Jana s’est tourné vers le marché en plein essor de la location courte durée. Les propriétaires sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à louer leurs biens en location saisonnière afin d’en augmenter la rentabilité.

Ce format de location devenant de plus en plus exigeant et les tâches à accomplir quotidiennement étant chronophages, les propriétaires se tournent désormais vers des professionnels spécialisés dans la conciergerie locative.

Après avoir réalisé une centaine d’interviews avec des professionnels du secteur pour comprendre quels sont vos enjeux au quotidien, nous avons décidé de développer la web-application JanaBnB conçue pour vous simplifier la vie.

Les nombreuses fonctionnalités qui composent la plateforme ont été créées pour répondre aux difficultés que vous avez évoqué : centralisation de l’information, perte de temps à trier les emails de confirmation reçus, transparence de l’information avec les propriétaires, partage d’agenda laborieux avec vos collaborateurs et sous traitant, perte de temps en communication et support téléphonique avec vos locataires, difficulté d’atteindre et vendre des prestations de service aux locataires, galère de gestion de caution… et environ 60 autres difficultés recensées.

Nos engagements ?

  • Vous faire gagner du temps
  • Vous aider à convaincre de nouveaux prospects
  • Augmentez votre chiffre d’affaires

Comment ?

  • En automatisant vos tâches chronophages
  • Grâce à un service innovant et des statistiques claires pour votre propriétaire.
  • En vendant des services additionnels à vos locataires depuis l’application client.

Vous voulez en savoir plus ? OU vous êtes convaincu que ce logiciel est fait pour vous ?

logiciel locations saisonnières - Essai gratuit

Conclusion

Nous avons compris que les tendances immobilières changent et que les propriétaires sont prêts à convertir leurs locations nues en location meublées de courte durée dans l’espoir d’une meilleure rentabilité.

La location courte durée elle-même a évolué au cours de ces dernières années et notamment avec l’émergence de nouveaux acteurs comme les conciergeries locatives. Ces derniers ont très largement participé à améliorer l’accessibilité à cette forme de location certes plus rentable, mais aussi très chronophage.

La professionnalisation de ce marché reste récente, la législation est à la peine mais cherche à mieux encadrer cette activité, source de revenus tant pour les propriétaires que les conciergeries.

Avec l’émergence de ce secteur, il semblait normal que de nouveaux acteurs du numériques montrent aussi un intérêt et proposent des solutions digitales pour répondre aux enjeux du marché.

Téléchargez notre brochure